Affaires et développement québécois - Source de contacts d'affaires depuis 1993
  RechercheContactez-nousPlan du site
Partager : 

* ARTICLES | Tout pour les affaires

Faire ou ne pas faire un plan d'affaires? Voil la question.

Par Chantal B. Leprohon, MBA

Le Journal Les Affaires du 3 mars 2007 rapportait dans sa chronique Management (p. 28) que des experts en dmarrage dentreprises remettent en question cet outil largement rpandu quest le plan daffaires.

Larticle cite M. Claude Ananou, charg de formation HEC Montral et membre du conseil dadministration de la Fondation pour lEntrepreneurship qui estime quon fait fausse route en donnant trop dimportance au plan daffaires dans nos coles de gestion et quon enseigne aux tudiants suivre des recettes mais pas devenir cuisiniers.

Je ne peux que lappuyer. En effet, ce nest pas luniversit quon apprend devenir entrepreneur. Si ladage cest en forgeant quon devient forgeron est vrai, cest aussi en entreprenant quon devient entrepreneur. Dans les universits que jai frquentes, temps plein ou pour y suivre des formations ou sminaires post graduation, jai remarqu quon formait des administrateurs et des gestionnaires. Autrement dit, on y forme des spcialistes et des technocrates de la gestion et de la direction dentreprise. Et on le fait bien, trs bien ou de manire excellente, selon les institutions et les professeurs.

Pour tre entrepreneur, selon mon exprience, il faut avoir de solides qualits personnelles et une bonne dose de confiance en soi. On doit tre extrmement positif et mme rigoureusement optimiste. On doit trouver son chemin sans que quelquun dautre ne nous le pointe. Il faut tre lcoute de ses clients et de ses collaborateurs mais aussi faire la part des choses et oser la dcision et lassumer. On doit tre capable derreurs mais aussi dhumilit pour raliser quon sest tromp et on doit possder le courage pour ladmettre et corriger le tir. Lorgueil et la fiert nont pas voie ce chapitre car elles sont mauvaises conseillres. Il faut tre capable de voir clair dans la brume et doser avancer ttons, avec tmrit mais aussi avec une certaine dose de prudence.

Tout a et bien dautres choses, je les ai apprises au contact de la vie, pas luniversit. On nat avec certaines de ces qualits, on dveloppe les autres au fur et mesure dexpriences vcues et partages.

Ayant tabli quun entrepreneur ne se forme pas sur les bancs dcoles, revenons la question du plan daffaires. Est-il utile? OUI, sans contredits. Essentiel mme! Jamais je ne partirais en excursion en terrain inconnu sans une carte et une boussole ou un GPS. Jamais, non plus, je ne recommanderais un nouvel entrepreneur de partir en affaires sans un plan daffaires. Pour quelques uns qui auront russis sans ce document, vous en trouverez plusieurs qui eux auront chou leur projet dentreprise parce quils nen avaient pas fait un. Vous rappelez-vous le pourcentage dentreprises qui ne franchissent pas le cap des 3 ans dexistence? Jaimerais bien savoir si ces entrepreneurs avaient fait un plan daffaires ET sils le suivaient.

La valeur du plan daffaires ne tient pas tant la longueur du document ni ses prvisions sur 3 ans. La valeur du plan daffaires se situe plutt dans lexercice de rflexions stratgiques auquel lentrepreneur ou lquipe dirigeante sastreint. Cela tient la cohrence des objectifs, stratgies et tactiques. Cela tient aussi leffort fait pour mieux cerner sa clientle cible et ses concurrents et cela tient lapprentissage de ces notions que fait lentrepreneur au travers de lexercice. Quant au document, il peut tenir sur peine quelques pages et ne requrir quune dizaine dheures defforts, si tant est que la rflexion a bien t toffe.

Et la valeur du plan daffaires, cest aussi dy revenir aprs sa rdaction. Au fil des mois, on y compare les activits et les rsultats rels avec lide quon sen faisait avant et on en corrige la trajectoire selon les succs et les erreurs.

Les entrepreneurs qui font un plan daffaires pour faire plaisir leur banquier et qui alignent une srie de chiffres sans trop de rflexion sur des tableaux monts davance peuvent croire que lexercice est futile car ils le font de faon futile. La mme remarque sapplique aux lves qui ne veulent quune bonne note.

Quant aux professeurs et aux entrepreneurs qui russissent sans, allez-donc savoir sils nont pas fait lexercice mentalement en alignant quelques chiffres sur un coin de table et dans un chiffrier, accompagns de notes et de commentaires.

Car je le rpte, la valeur du plan daffaires ne tient pas au document, cest lexercice de rflexion stratgique et cohrente qui prcde sa rdaction.

Que ceux qui peuvent se passer de la rdaction le fassent mais de grce, nencouragez pas les autres qui en auraient eu besoin sen passer!

Chantal B. Leprohon, MBA
Carrefour Marketing
Tl. : 450-621-7225 - chantal@carrefour-marketing.ca

NOTE : Le contenu de cet article est la propriété de son auteur © et est protégé par les lois du copyright. Toute reproduction totale ou partielle est interdite sans l'autorisation de l'auteur.

Vous aimeriez soumettre un article de votre cru ? Voici nos critères >>

<< Liste principale des catégories || Liste des titres de cette catégorie >>

L'AEDQ est une association à l'écoute de ses membres depuis 1993.

 


SUIVEZ-NOUS SUR

Groupe LinkedIn
Groupe Facebook AEDQ
NE MANQUEZ RIEN
Abonnez-vous à
l'infolettre AEDQ
Je m'abonne !
 
Activités

NOVEMBRE 2017
DLMMJVS
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Tout le calendrier >>>

Entrepreneur du mois

Entrepreneur du mois
Marie Louise Roy
Coaching cratif
Profil >>>